Optimisation – mise en cache

Cet article fait partie d’une série concernant l’optimisation de WordPress.

La mise en cache de WordPress est la méthode la plus rapide pour améliorer les performances d’affichage de votre site.

Extensions de gestion du cache sur WordPress Extensions de gestion du cache sur WordPress

Des extensions telles que W3 Total Cache, WP Super Cache ou Cache Enabler peuvent facilement être installées sur votre site, et permettront de mettre en cache les articles et pages de votre site WordPress en tant que fichiers statiques. Ces fichiers statiques seront alors servis aux visiteurs, ce qui réduit considérablement le temps de chargement des pages par le serveur. Cela peut énormément améliorer les performances de votre site.

Lorsque c’est combiné avec un système de cache serveur tel que Varnish, la mise en cache peut être très puissante.

Si vos publications disposent de nombreux contenus dynamiques, la mise en cache peut être un peu plus compliquée. Faites une recherche en indiquant « extension de cache WordPress » pour plus d’informations.

Haut ↑

Cache navigateur Cache navigateur

La mise en cache navigateur peut aider à réduire le temps de chargement du serveur en réduisant le nombre de requêtes par page. Par exemple, en utilisant un en-tête correct sur les fichiers qui ne changent jamais (comme les fichiers statiques tels que les images, le CSS, le JavaScript, etc.), les navigateurs mettront dans leur cache sur l’ordinateur du visiteur ces fichiers pour éviter de les charger à nouveau depuis le serveur lors de la prochaine visite sur le site. Cela améliore largement le temps de chargement et la sollicitation de votre serveur.

Pour plus d’information, faites quelques recherches sur les en-têtes « HTTP Cache-Control » (et en particulier la valeur « max-age ») et « Expires headers », puis sur l’en-tête Etag.

Haut ↑

Cache serveur Cache serveur

La mise en cache serveur est plus complexe, mais est utilisée pour les sites à très haut niveau de trafic. Un large éventail d’options est disponible et cela va bien plus loin que le périmètre de cet article. Les solutions les plus simples consistent à gérer le cache local de votre serveur et les plus complexes utilisent une gestion de cache répartie sur plusieurs serveurs (connue sous le nom de « proxy inverse ») en tant qu’interface des serveurs web sur lesquels l’application WordPress est réellement installée.

L’ajout d’un cache « opcode » tel que Opcache ou WinCache (sur IIS) sur votre serveur pourra aussi bien améliorer les performances PHP.

Les caches Varnish sont également très puissants quand ils sont utilisés avec les extensions de cache WordPress.

Traduit par Jb Audras
Relu par Bruno Tritsch & Jenny Dupuy
Dernière mise à jour le 27 janvier 2020